Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Art poética blog

Serpentinesque

22 Juin 2015, 23:55pm

Publié par Samuel



Les vents tournent quand on a mis la gravité sur point noir
Gentille oraison de la nuit drap de coton odorant
Où va ton temps il est de ta nature
Quand la fumée se rejoue aux odeurs
La campagne elle-même la grande ville
Tout ce qu’il y a de la politesse
Du bruit de ce qui glisse du vide et du temps compté
Notes noires mélodie de ce que tu voudras ô siècles
Cette harmonie si intellectuelle si tendre et douce à comprendre
Comme un verre assis sur la table cette certitude
Temps fixé cent étoiles du passé odes grésillantes
Dans la nuit le bruit feutre la voix râle le rire est –ami
On te dupe avec dix images sur un même scénario
Oh la pile de livres vas-tu chercher un collier de perles pour pleurer
Et si le policier où les larmes coulent
Titre de papier
L’air est horrible quand il fait sombre avec de
Cet air est familier
Au vingtième siècle on disait joue à te casser en morceaux, marche et danse
Cela était nouvelle ode mais au fond du rêve l’homme vit
Comme un pantin aux sentiments tendres ah les vieilleries qui glissent
Le terme harmonie est si loin la poudre de poussière si –proche
Oh les mauvais rêves la mauvaise foi cette évidence
On appelle cela culture du bruit de nuit où toute est pur
Regarde ce marteau en métal c’est la ton écrou rongeur de près
Marmelade marmelade rien à faire
C’était du faiseur de marmelade
Etalée sur une carte de métal très intellectuel si fou pardonne et rit un peu
O compréhension
Rêve de l’espace noir rêve du cosmos froid ô froid –apprend ici
Que tout dure dans la nuit
Surtout l’esprit et la vie le rêve le bruit le silence
Doux amis des tableaux de désespoir
Compassion si chère
Rempli-toi à nouveau
De toi
D’amis de mémoire ô temps ô vie
Si dur de trainer cette laine invente
Un peu encore
Dans le silence
Ami
Amie
Douce est la guitare doux est le bruit
Nos silences sont des livres étranges

Commenter cet article