Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Art poética blog

Coupures

14 Novembre 2015, 18:57pm

Publié par Samuel

Les voiles noirs et bleu

Là des brises de tempêtes

Eteignaient les feux

Nuit où croulent les fêtes

 

Sombre laurier sur un mur vide

Histoire d’insomnies envoûtées

Que veux-tu ton cœur si livide

S’est trempé dans le laurier

 

Imprégné d’un sang de soleil et de nuit

On ferma les fenêtres à minuit et à l’aube

Il tomba de la poudre du cacao et des jours mauves

Dans la cour désertique des hallalis

 

On cria silencieux dans la soirée

A perdre Irina en Sicile ô aimée

A sembler comme aujourd’hui une fenêtre d’ombre

A quatorze ans ô qu’on aime l’âme et l’œil sombre

 

Comme on tombe dans la journée

Les yeux ouverts de dix nuits de poussière

Il y avait un lac à l’intérieur du miroir glacé

Et c’est de l’eau où bougent les doigts ô noble misère

 

Courant d’air musical à la vue

Comme une chevelure qui ondule

Cœur partant pour un ciel si haute catapulte

Où l’on sait que vent qui roule a été su

 

Vision désert beauté des parterres et de la lumière

Ô son qui tremble comme une larme

Par delà les vents veillée d’armes

Où sont passés les combats et le gel de la verrière

 

Ce qu’on fait des pétales tombés on les récolte

Dans un tonneau dans la main pour tout souffler

Mémoire et mots comme des dessins gardés

Et peu de choses c’est la poudre fine que l’on garde et colporte

Commenter cet article