Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La magie noire (début de livre)

Publié le par Samuel


 

Il fut un temps où la Magie Noire fut alliée au culte antique du Satanisme ; magie de la terre et des éléments. La sorcellerie que je juge moderne au temps où j’écris, le vingt et unième siècle ; traite des différents emplois de la physique et incidemment de la Magie. Ce traité rassemble diverses expériences où feu, eau, terre, poésie, cœur, amour, discipline, limites, respect de soi et étonnement forment les principaux axes pour aborder la Magie Noire dans toute sa grandeur et sa puissance. Pourquoi un tel livre ? La magie humaine est une expérience acquise. La magie elle-même est une expérience humaine de pure vérité des sens. Ici la philosophie ne doit en aucun cas être disqualifiée, et quand le sang chante en nous, après une expérience de Magie Noire, de fins échos du monde viennent, par le sang, retentir en nous. Les limites sont posées. La Magie Noire ingérée dans la chair et le sang fait que l’esprit, le cœur, le corps et le sang vont mieux, se purifient. Le mal humain, les mauvaises intentions ne peuvent en aucun cas toucher ce livre car il est lui-même feu, et l’on n’est pas criminel quand on est mage, et le vent est parfois plus frais que la folie de tout un siècle dans une cervelle qui ne demande qu’à prier Dieu, au fond. Car la Magie Noire est connaissance effrayante, étonnante, et pure, et peut être abordée par tout le monde, mais avec expérience. On peut aller plus loin que ce livre. Au fond tout est intuition, comme le savait Rimbaud, et l’écrivait Henri Bergson dans «  les données immédiates de la conscience ». La limite c’est le silence et le calme. Boire de l’eau, dormir et se reposer est l’activité la plus saine qui soit.

 

Mais revenons à la Magie Noire. D’où prend t-elle naissance ? Le fait est qu’elle prend fin après la première expérience de Magie exécutée, toujours parfaitement, ainsi est la Magie Noire. Fenêtres ouvertes, bougies éteintes, calme restrictif le plus pur, et c’est tout. Pas plus. Seul l’écriture est libre dans ces cas là, comme dans toute expérience au-delà des sens connus, inoubliée, écrite et vérifiable en tout point en soi et dans le réel. La poésie sera avec la main et la plume de corbeau dans les tracés sombres de l’écriture. La Magie Noire prend naissance avec l’intuition. Parole étrange pour un magicien, ou au moins, un simple écrivain et un poête. Au plus, quelqu’un qui sait écrire et faire se déchainer le vent en sept formules elfiques. Bon. La Magie Noire prend naissance avec le développement de nos propres facultés intellectuelles, notre mémoire, notre initiation deci delà, notre intuition, notre détermination, notre calme et notre humanité la plus profonde. Le Monde, le Big Bang, le cosmos, la Terre, sources des eaux, des vents et des feux, des animaux et des insectes, arbres et fruits et lune et soleil ; les éléments physiques et humains sont ici en nous et là et bien plus loin au-delà de notre cœur. Peut-être fait on de la magie par solitude, par amour ou par simple errance, ou parce que la vie commence, ou finit, ou s’était finit, ou que la Vie est là, tout simplement, et l’a toujours été. Etre dans un tel état c’est déjà disposer de tous les pouvoirs. Le simple pouvoir d’écrire, de respirer et de pleurer en est déjà un. Cela ne doit en aucun cas être exempt de philosophie, sinon c’est la perte et la ruine. L’espoir vaut bien un battement de cœur ou un sourire. Bien.

La Magie Noire est une maitrise intuitive et contrôlée de tous les éléments terrestres par le biais des principes intuitifs et conscients que nous avons en nous, qui nous composent et font de nous un être conscient et juge de tous ses actes. Il n’y a pas d’acte impossible, le calcul, la maitrise des arts est une discipline importante dans la Magie Noire. La langue en est une principale. D’où vient la langue ? La langue employée sera évidemment l’elfique. Je vais vous donner quelque bases, ou peut-être viendront elles, comme une émotion exprimée, s’inscrire elles mêmes dans votre propre verbe, comme un cri fin et souple. La langue elfe comporte sa grammaire, ses sons, et beaucoup d’autres choses… La transmission culturelle de la langue elfe se fait par l’émotion car c’est une langue de toutes les origines, construite de la nature et du cœur. Elianova, elbelach, albelàn ! Forte puissance ; profond souffle, respiration du cœur ! Ce ne sont que des mots, mais les bases elles-mêmes de cette langue, plus que toute autre semble t-il ; sont d’une analogie de sens et de sons et de tous les sens et de toute logique la plus numéraire, numérique et carrée comme une forme tracée par une craie, ainsi l’elfique n’est pas né de nulle part, et peut commencer par effroi, par sa propre bouche, comme si on avait commencé la langue en y inscrivant la fin, et que la fin elle-même se fut écrite, sinon prononcée toute seule. Pure finesse intellectuelle et pure finesse des sens. Il faut au moins, à vue de nez le plus naïf qui soit, situer cette langue et toutes ses origines à plus de quarante mille ans dans le temps depuis le vingt et unième siècle Terrien, ainsi le veut la plus pure logique, la plus fine intuition, et, tout bêtement, par intuition pure, la plus grande vérité. Qui croirai à une preuve ? L’elfique, par la poésie, se délie de toute son histoire et ses origines. Il faut au moins croire aux sens. Arrêtons-nous là pour cette phrase-ci. Les linguistes, ce que je ne suis pas, pourraient expliquer ce phénomène de déliement historique de la langue. En viendraient-ils, en passant par cette réflexion là ; à l’elfique ? Peut-être est-ce déjà arrivé, je n’en sais absolument rien. La Magie Noire ne permet aucun dérapage. Elle est pure contrôle. Toute expérience de Magie Noire purifie. De ce fait, il faut être solide, ce que l’on est pour en arriver au moins, en ayant tout lu, à cette partie précise de la phrase, et du début de ce livre ! Pas d’inquiétude à avoir. Qu’est-ce qu’un phénomène physique, un arc en ciel par exemple ? Et bien c’est un phénomène physique. Contrôlez-vous les arcs en ciel ? Ca, c’est de la pure poésie, et ça ne va pas plus loin. Mais les couleurs peuvent êtres « évoquées », « invoquées ». On ne croit plus, quand on a vu on sait. La physique confirmera le phénomène, la Magie Noire en apportera les preuves, et la maitrise de la Magie nous permettra de le faire, toujours, la première fois, sans le faire exprès. D’où on tire, peut-être, cette expression, « magie de l’instant ». Point. Deuxième petite partie.

 

Commençons par l’étonnement, l’accent de la poitrine, la respiration du souffle l’exaltation des incantations, et dehors enfin que la tempète se lève. Il faut au moins la rage d’un prêtre sombre pour le dire et continuer à le parler… Et faire souffler les mots en raclant le verbe…

 

§-------------------------------------------ghfhgfhhgfghf----------------------------------dfdgfdgfgfgfd---------------------------§----------------------------§---------------------§-------------------------------------------------§-------------------------------------------------------§-----hfhgfhg-----§  Eniol Enloy Enra Enoly Enloy Enlach Enaly Enarch Enra Enoly Enarch Enarchen Enarch Enra  §---hgfhhfhfh------§------------------gfdgfd----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------§--------------------------------§-----------------------dfgddhgfhfghfhgfhgfhfghfhghfhfhgfhgfhgfhgf----------§--------------------§

Il me semble qu’arrivé là des trombes de vent soufflent déjà ; mais celà n’est que Magie Elfe… C’est une initiation au verbe, à la puissance de l’évocation magique, et de fait la Magie Noire comporte toutes ces sortes de petites particularités. Pour nous intéresser à la Magie Noire, par cette formule si elle est prononcée de la plus fine et profonde force qui soit, cela est déjà une initiation au domaine de l’intuition. Si tout s’est passé correctement, vous venez de franchir une étape importante ne serait-ce que de votre propre vie, cette tempète est symphonie de bourrasques, airs du large, symphonie des brumes, et cette tempète durera une après-midi, un matin ou un soir, mais au moins elle vous aura rafraîchi le cœur car il en faut du cœur, pour la dire vraiment cette formule. Que le vent vous porte. Eylelendil lanoyl eylelendil lanoyl eylelendil lanoyl eylelendil lanoyl eylelendillanoyl…El beleyn eliouna.

 

Etre humain, qu’est-ce, qu’est qu’être humain, qu’est-ce que reprendre toute son humanité en main ? C’est reprendre cœur à soi-même et à tous ceux qu’on aime, puisque vous êtes vivant. Pure logique de la Vie et de l’espoir acquis, de l’avenir et du commencement de soi-même pour aboutir juste à toute une Terre faîte de sentiments, de vents et de fleurs et de pétales qui heurtent le visage. Le cœur est le secret le plus inaccessible ; mais c’est aussi le plus court chemin vers la paix. Car on aime à mesure de l’horizon. Toute chose humaine est possible et l’a toujours été, de toute éternité.

 

Sensiian Alanankh Valia. La rose rouge ou blanche entourée de ses cinq bougies, dans son eau fraîche au soir ou au matin, recevra un don. Il faut dire la formule d’un souffle profond. Laisser faire les saisons des eaux, et changer l’eau si elle devient passée. La rose passe ou reste. De toute façon elle reste, gardons la. Ainsi est le Rituel de la Rose.*

 

On remarquera qu’il peut s’agir d’un tracé, d’un médian de langue elfique avec la langue des dragons. Il me semble. Quelle est la langue des dragons. Elle sert. Cela est dit. Le mieux est d’écrire, comme toujours, après une expérience de magie noire, pourquoi ne pas faire un poême inspiré de cette rose et ou de ce rituel de la Rose ? Pourquoi pas. *

 

    >> * Penser à briser, après les bougies éteintes, le cercle de cire en retirant toutes les bougies de la table ou, si l’envoûtement de la rose a été fait sur le sol, éloigner les bougies de la rose pour démagnétiser la cire. De graves conséquences magnétiques, comme des cauchemars horribles, comme une horreur en cercle, peuvent apparaître alors, etc… Nous nous sommes compris. Ici il peut y avoir léger danger sur le plan de la conscience, comme cela est esquissé plus haut, surtout dans un tel envoûtement.

 

Au bout de quatre jours, vider l’eau et reremplir le vase jusqu’au bout, en allumant cette fois-ci six bougies en deux cercles (un grand et un petit). C’est le rituel de la rose d’or, censé donner puissance du feu à la rose. Ensiilian Alanankha Elevalia. Anva Kalia. Décercler ensuite les six bougies éteintes. Il semble bien, maintenant, que la rose sente le sable.

 

Bien sûr, arrivé à ces moments là, où le calme est plein, on est chargé de magie noire, le sang en est lui même imprégné, Ces rituels ont amorcé la Magie en vous, en tant qu’élément. Normalement, pour réussir un tel rituel, il faut quatre éléments distincts. Le premier fut le souffle. Le second le feu. Tout s’organise, ici, en cinq-six-cinq- six. Ce qui donne vingt-deux, donc quatre. Nous y sommes. Nous explorerons plus tard les effets du plasma (le feu) en six- six-six-six. Identiques, unifiés, ce qui donne vingt-quatre. Donc Six. Cela devrai concerner une magie plus étendue, et plus multiple et colorée. C’est le passage du carré, forme raisonnée et harmonique, implacable et libre, à l’hexagone, aux multiples ouvertures et au centre toujours plus grand. Libération en tous les cas. En tous les cas. Le passage de la magie noire à la sorcellerie. Si ce n’est plus…

 

Changer l’eau. Analian Sensiian Alnãntrè Alcshyakhan Elban. Au tout début du quatrième jour, voici le rituel de l’air et de l’eau (celà se confond, c’est trés oxygéné). Laisser longtemps les bougies, cinq, allumées, jusqu’à ce que la profonde odeur de rose se fasse sentir. Rouge.

Esera Niiam Gaia Shiatram. Le rituel de la vie et de la Terre se fait. Nouvelle odeur pourpre et dorée, le corps a soufflé. Eteindre les bougies. Le choc se sent. Quelque chose d’invisible semble tourner autour de la rose et la figer en statue à la tête noire ornée de sang. La force déchainée est énorme, si l’on s’approche de la rose. On l’a fait avant minuit. Des vents soufflent, venant de la rose. Silence. Tout cela est fini. On rallumera bien des bougies pour la beauté. Voici la fin du rituel de la Rose. En rallumer six. Le silence et la vie feront le reste, elle s’est inscrite dans la Vie, l’odeur d’or et de rose est comme du fil de laine d’or tressé. On enlèvera les bougies éteintes.

 

Au bout de quinze jours, la rose n’est pas morte, mais la fleur si. Cependant elle sent toujours la rose fraîche. Fragile, extrêmement fragile. Quand aux feuilles de la rose, si il y avait des trous ou des fissures, elles se referment. Changer l’eau tout les trois jours et remplir jusqu’en haut.

 

Enhalhankh Vehldalia Elamia Veldellemia Faaeleraayn Anvakaliar Maaelerayn. Quatre bougies allumées au vingtième jour. La rose morte mais non de sa tige est passée de l’inodore à la rose fraîche à l’inodore. ; Entre temps elle s’est statufiée, non sa tige et ses feuilles, vertes encore.

 

Les jours suivants verront la pourriture de la rose, et au moindre choc son éclatement. Mais les rituels ici présents ont prouvé certaines forces micro quantiques dans cette initiation à la magie noire, et tout échange est restant. Vous êtes maintenant chargé d’un peu de magie et d’intuition quand à l’usage de la magie. La rose sentait tout de même le sable, et les feuilles vertes se sont refermées et ont durées plus de quinze jours. Conserver les pétales de la rose, cela peut être utile. Normalement vous devriez ressentir un regain de force et le sang qui vous porte s’est chargé de Magie. Quand au phénomène d’intuition et de la langue, nous l’avons exploré ici.

 

Brûler les pétales, dehors, à l’aide d’alcool pur, puis mettre les cendres dans de l’eau (un pot ou une vasque fermée hermétiquement). Cela formera une mixture purifiante, qui, si l’on plonge les doigts dedans (rapport essentiel à la Terre) aura un effet purifiant, en cas de malaise, de stress ou autre. Attention à ne pas faire pourrir le mélange ou si la pourriture peut-être utilisée, explorer.

 

Vous pouvez aussi faire un autre choix qui, après la macération du mélange, est de filtrer l’eau et les pétales imbibés avec un filtre. Réduire en poudrant et en écrasant le mélange de pétales de roses macérées et brûlées, il en restera un résidu terreux et odorant, aux propriétés respiratoires purifiantes. Le mélange est certes minime, mais l’effet est grand. On échappe ainsi à l’effet de pourriture avec l’eau croupie. Mettre dans un pot de crème vide et refermer

Commenter cet article