Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le sentier

Publié le par Samuel

Il fait noir et grise mine

Chapeau qui vole

Cape de froid où les lumières grimées en hirondelles

Chahutent les yeux d’éclats bleus

Le dé à coudre du cœur pour tous

 

Je me souviens du manteau de vie en flanelles sombres et grises

 

Tous ces herses qui amenaient ce qui n’est que bitume

Vent de plomb et mauvais regard

 

Le dé à coudre du cœur

 

              Où chercher cet abri

 

Loin des villes, près des pierres

Un en-soi où il fait chaud et où jouent les comptines

 

A tous les malheurs qui peut venir par ici

A chacun sa comptine muette

 

Mort de mort, vient la plume rouge

 

Globe de marbre bleuté par la mélancolie

Ô noire mémoire des falaises

 

J’y vois l’isolement

Oh que l’air dit vrai par ici…

 

Que l’horizon peut se déployer blanc

Une touche de bleu toucheras-tu l’autre

Comme si nous

N’étions pas fait que de justifications

 

Oh humeur poudre de blizzard

Il fait ici un peu tard

 

A quelques courbes de belles discussions

Plume de mort ici pleut la pamoison

 

En dedans c’est un ciel de rubis rouge

Le goéland immaculé navigue dans le noir

Doux contrastes nous les retrouvons partout ici

 

C’est fini la pluie de fer

C’est fini ô belle âme

Plus que le cœur on aime tant le sésame

Ô graine aimée charme de graine

 

Sur les tournesols il y a des graines noires

Entre les fumées qui s’envolent le silence marche bas

Murmures on murmurerait pour parler

Ô escaliers de la vie

Marche par ici on boit la lumière

 

L’espoir capture-le dans ta main

Mange du sésame et sésames odes du cœur

Grillon qui chante car la rivière coule

 

Doucement entre pluie de braises et coton

Le temps est dans le cœur

Cœur préserve-toi j’y vois l’espoir

Commenter cet article