Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Art poética blog

Rivières

12 Novembre 2016, 03:23am

Publié par Samuel

Après quelques nuits où

Le sommeil manqué fut réparé

Comme on coule dans un nuage gris

Il est arrivé ce soir que la tôle froisse et crie

Que l’on demande ici ce que

Les fruits de l’amour n’ont plus de racines

Moi chair fine et visage avenant

Fruits de l’amour bleus et rouges

Ô douces mémoires

Tu manquais de quelques minutes silencieuses

Et même alors ce fut ici car chair tu ne

Voudrai ici pour l’instant de son toucher

Comme du métal froid et terrible sur la peau

Mais âmes !

C’est les fruits de l’amour et du présent

La mémoire synthétique la vie qui passe ô rivière

Dans ces tôles d’hôpital à amour duvet

Je ne touchai pas l’amie dont le toucher faisait peur

Je ne touchais pas la fille battue qui reposait ici

Confiance à présent à ma vue fruits de l’amour

C’est le cri qui demande bien duvet !

Facile à avoir ici même esprit

Que de refus pour nôtre douce fidélité

Mais noirceur et musique ici !

Quelle paix !

Douceur de la nuit gestes de ma fille affectifs sur moi cela

Me faisait peur elle avait été violentée moi père et

Ô les larmes pour son passé je la mets dans sa chambre au couvent

Là plus personne ne t’agressera il y a

Trois ans maintenant ô vingtaine et mathématiques tu

Réclame silence.

Mais avec ce sommeil étrange la tôle criait

Ma fiancée à cette heure est absente mais

Je réclame avant tout

Mémoire.

Et toi aussi, pas chair tout de suite

La chair la nôtre est pleine de vents

De rêves cassés.

Pas à accorder à tout le monde ! Eh !

Se reprendre recoudre le silence

Noter peu à peu

Reprendre sa chair

Réinvestir ce silence et la musique et les bruits

Musique mémoire la tôle criait

Et la chair faîte de poudre et de poussière

Car silence prend son temps

Raison est là.

Médite un peu reprend les oraisons

Car les fruits de l’amour sont là

Il faut s’en rappeler les digérer

Reprendre l’amour qui fut car ici c’est silence et âmes

Et cela est fatalement silence

A ce point c’est normal

Ô foin bottes de pierres cassées

Ta main donne grande alors

Dans le silence comprends

Vis cette large histoire et reprends-toi

Il s’est passé beaucoup de choses

Etoiles dans le silence

Main de la mémoire

Et douces rivières

 

Commenter cet article