Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Festin

Publié le par Samuel

Promener ses neuf ans dans un château proche de la famille

Verdure et pierre et vision haute au ciel qui brille

Des petits crocs si fins et longs datant d’il y a six mois

La nuit dans ma chambre à huit ans et demi mon cher Vlad Draculia

 

Depuis mes six ans cette envie si pressante et enforcée de passion

Deux enfants dans ma chambre mon grand’ papy les assiste

Veux-tu venir avec nous à l’école de magie, ma magie et le Non persiste

Un Oui pour mes désirs Vlad tu me donne ton sang à l’unisson

 

De mille neuf cent quatre vingt-neuf les souvenirs se décolorent

Marcile me veut Marcile me veut un peu plus grands

Mari me veut Mari me veut je laisse Christelle et j’attends

A dix-sept ans tu apparais dans ma vie et dans mon sang qui s’ore

 

Maintenant tout est compris vois ce que a donné un sort

Ô mon amour unis maintenant après ces pleines tempêtes

Je connais des enfants pour qui ce ne fut pas cette fois une fête

Mon cœur est lourd car la griffe du coeur ô tant odore

 

De poisons qui me violentaient et pour mon père je lui avais échappé

A deux ans et demi cette tentative de viol pauvre petit merdeux ô t’ai-je frappé

C’est à mon père que je l’ai dit j’espère fortement qu’il s’est suicidé

Je me souviens encore à cinq ans dans ma cuisine un ami de ma mère Richard Bohringer

 

Ah tu sens l’Afrique ; ah l’Afrique ! ; Ah le fric ; ah le fric me répond Richard

Bon ben jambon purée et je mange vous riez ma mère et lui, maman tu me dis un soir

Que Richard n’est pas clair, il est même tombé dans l’héroïne, ne le lui reproche pas

A cet Ami qui ne viendra plus, à mes paroles de non-faute tu l’appelas

 

Et moi au fond

Faute ou pas faute

A celui jeune qui se demande

Poète il sera

Ecrivain s’il le veut

La Nature il aime ?

Il écrira sur toutes les natures

De nature d’Ange et de nature de feu

A l’eau le café se mélange la fumée d’une roulée

Fait doucement souffler un peu

Festin de soir et de froid l’humain toujours qui doute

Ca se remettra j’en vois plein des belles routes…

Voir les commentaires