Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Temps

Publié le par Samuel

Les douces écharpes de la mort ont enroulé des fleurs de nacre

Et si le plomb comme vent de brise continue ses mélodies

Un petit bourgeon d’or et de lumière à l’ombre de la nuit de sacre

Sera le murmure le chant de l’oisillon au soir comme à midi

 

Ô odyssée de plumes aqueuses de limbes et de boue triomphante

Vous êtes la marée des morts des vieillards et des curieux

Et si le pantin de viande et d’os qui culbute sur l’or infante

Vient à venir à vos marches pitiés et aux clairières de vos yeux

 

La nuit de plomb de goudron noir est une muse qui nous enveloppe

Si célestine la main qui donne et le regard qui engouffre les amertumes

L’humanité sans aucun fard même dans sa peine goûte à la prune

Des cœurs qui passent du vent qui vient de la bruine noire qui nous emporte

 

Voir les commentaires