Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Moi et My Space (IT'S FALSE !)

Publié le par Samuel

J'ai plein de potes connus ou pas connus sur my space. Vérifiez sur internet. SAUF que je ne suis pas sur my space.

MY SPACE IS FALSE. THIS IS NOT ME.

Sinon j'aurai mis ma photo !

To be continued...

Voir les commentaires

Et la Xtone PC 1 V tu connais taré ?

Publié le par Samuel

Voir les commentaires

Ah je sais pas

Publié le par Samuel

Ah mais personne n'a compris Rimbaud vous savez, personne au monde entier depuis 1870, vous savez c'est une vérité parisianiste comme vous le savez comme le savait Rimbaud (n'est-ce pas), vous savez la littérature française c'est de la déconstruction sémantique à la Sade, et je hum, oui SADE je trouve que l'on devrait l'étudier à l'ECOLE, en faire la PROMOTION dans des magazines côtés, vous savez le sadisme c'est trés à la mode, et j'aimais bien quand ARTE faisait la promotion du cannabis en un grand THEMA, ça marchait bien pour l’antédiluvienne secte des haschischins dont Rimbaud parlait ( Voici le temps des assassins).

Mais bon vu comme vous êtes personne ne vous expliquera Rimbaud, surtout pas moi, j'aime beaucoup cette littérature de grande envergure. Lautréamont surtout. Ah. Tant pis.

Voir les commentaires

Labyrinthes

Publié le par Samuel

Ce matin il y avait des globes de verre brisés contenant de la lumière
Et la lumière croustillait à travers les nuages froids et bleus
A ce temps la lumière est toujours aussi blanche et froide
Et le vent est une chanson grave dans l’été


Les corbeaux s’amassent en bande sur la route
Et croassent tout le matin et font place à de plus petits oiseaux


Une petite chanson se fait plus petite
Un violon invisible chante avec un oiseau piailleur


Les feuilles vertes et froides accrochées aux arbres répandent leur couleur
Et l’innocence dans le vent engouffrée redonne de l’espace aux sons


La mort et la vie chantent dans le matin, par cette mer de blé blanc
Inventerons-nous une mélodie pour insuffler à la vie un goût de nôtre cœur
Quand à toutes les notes rouges et jaunes l’innocence joue
Une corde lissée un son qui de grâce ô tragédie joue ta pâleur


La mal était une sorte d’habitude il serait temps de le différencier du bien
Voyez vous ces lames de fer ces agressions de l’esprit ô morte
Comme une comptine douce que l’on porte
Ô rêverie tu frappes à nos esprits et à nos cœurs


Une encyclopédie du mensonge gnac gnac mords donc terrible
Douleur de la haine et de la monstruosité vent et pâquerettes
Sont les comptines de la vie ô vérité
Je laisse le marécage au triste cœur s’en aller


Paix terrible œil de cristal migrateur où sont les fils de laine bleue
Mémoire et cœur comme une molette de boite musicale
Granges greniers sous sols calmes bougie centrale dans le noir
Ô musique infime qui délie les cordes de soie


Une paix de paille habite le corps
Ô mistral tiède et musicales comptines
Tombeau érigé là
Ô statue de cristal et de pierre de marbre


Floraisons invisibles
Rêves taillés dans la laine
Pourtour de couronne de fleurs de satin
Jour ou nuit qui chantent


Voir les commentaires

Les ponts métalliques

Publié le par Samuel

Au fond des nuits éclairées de pâleur
Le silence est le plus fiable horizon
Que s’ouvrent lentement les ailes bleues des colombes
Le cœur écrin d’acier mêlé au coton est plus près de la fraîcheur
Que le pont qui relie la nuit aux étoiles
Voile parfumé de nuit où se déposent les brises d’espoir
Mais le canot fut un roulis très sûr et accroché
Il ne faut pas confondre parfois maux et canicule et absence d’eau
Mais dans la réclusion des ombres il se défile une mémoire
Comme un amas de nœuds de fils noirs où vont ces ponts fragiles et précieux
Un peu de prière envers le reste de lumière
Je ne crois pas que le jour s’absente si longtemps
Que la nuit fut interdite
Que le souvenir fut proscrit par la souffrance qui fut un bain de soie passée
Que les cailloux et les formes n’avaient pas d’arrière-salle qui les soutenaient
Que tout cela après deux respirations fut un souvenir d’une perte infâme
Que l’on disait meurs donc humaine nature moi cruauté je suis la loi
Et la pureté accordée était là
Tissons quatre ou cinq marques sur les souvenirs cela s’accorde cela se voit
Un peu de nôtre temps à macérer du temps de nuit ou de jour
La mémoire se raccorde elle-même
Défilé des ombres
La résolution du temps est dans l’instant de mémoire
Avez-vous pensé à vous fondre dans une prière silencieuse
A vous embaumer du voile du temps
A recoudre l’âme oubliée
A savoir l’alphabet de l’imaginaire
A savoir que l’Esprit et le monde s’accordent
Que la besace de mémoire et de temps est là
La souffrance d’autrui nous marque au loin
Et est comme le cratère d’une bombe terrible
Sous la surface de l’âme
Les certitudes dîtes sont à reconstruire
A philosopher encore
Les âmes sont à redéfinir avec leurs fragments
Un peu d’ordre un peu d’ordre
Et tout va
Ô voile de lune pont des nocturnes silences
Un peu de temps accordé à l’âme
Brisures de porcelaine blanche
Coupelle de l’être de l’âme et de l’esprit
Vague de la tempête
Tempête temps de l’âme
Et que les âmes existent encore si, oui, il en reste
Que dire
Tempêtes qui souffre au loin que nous aimons tant
Compassion et charge des vents
Je vois dans le lointain se dresser de belles formes
A toutes les choses présentes
Aux mains qui donneront
Au cœur qui s’emporte si doucement pour tous
Nous n’avons pas clôturé le monde avec des injures
Que la douceur revienne
Ô doux temps de l’âme
Raisins consommés
Raison consommée
Rires comme des choses rétractées
Cordes des âmes reliées
Choses existantes
Tournoiement de la tempête
Calme des sondes

Voir les commentaires

Un embargo, un blocage général !

Publié le par Samuel

Je trouve que l'on devrait faire un embargo sur tous les métaux, tous type de métal envers les pays barbares dont la russie et autres islamismes. Sans métal QU'IL Y CREVENT.

Le métal devrait être réservé à uniquement les pays qui ont accepté les droits de l'homme et les droits civiques, les droits moraux et les libertés personnelles, et de ces pays faire une destruction méthodique des formes de mines, d'exploitation métallique autre que (limitée) agronomique, donc utile.

En bref en plus des embargos sur le métal nous devrions procéder, nous, civilisés, non-criminels, à une destruction par le plasma ou bien l'érodation par la rouille ou autre matériau érodant tout type de métal à disposition des pays barbares. Je trouve cela civilisé.

Le résultat d'un tel type de mesure par l'érodation métallique limiterait les possibilités de crime de masse.

Voir les commentaires

Vous avez une idée ?

Publié le par Samuel

Le gars qui se fait toujours tuer dans l'Histoire, ou qui se suicide, ou à qui il arrive un accident pas possible, mais son oeuvre reste, si !

Voir les commentaires